Samedi 6 avril 2019 nous avons participé à cette balade  autour des J.O à Saint-Denis et  Saint-Ouen organisée par Cécile Gintrac (géographe) et Marianna Kontos (architecte-urbaniste). Elles sont à l’initiative de la création du comité de vigilance qui rassemble des associations et des collectifs de citoyen-nes des territoires concernés par l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques.

Saint-Denis accueillera en réalité une partie des compétitions et des infrastructures. Parmi les sites restant à construire : le village olympique et le centre aquatique, à quelques centaines de mètres l’un de l’autre. Nous les parcourrons, entre Pleyel et la Plaine Saulnier, pour mesurer l’ampleur des transformations à venir. Ces sites ont été choisis pour leur proximité avec le Stade de France mais surtout avec la future gare du Grand Paris et les projets d’immobilier de bureaux. Il faut donc comprendre ces aménagements à l’échelle du Grand Paris. Nous aurons plusieurs arrêts avec à chaque fois, un intervenant pour expliquer le contexte.

Départ place des Pianos à Pleyel : un quartier de bureaux. La Tour Pleyel deviendra deux grands hôtels pour 680 chambres et une 2e tour de 20 étages accueillera un auditorium de congrès et 6000 m2 de commerces.
Gare du Grand Express : Future gare (250000 voyageurs)  A l’est le franchissement des voies avec 3 structures habitées. Au sud les lumières de la Ville, ensemble mixte de 176 000 m2 de bureaux, logements, hotel, résidence étudiante. Intervention d’Hamid qui dénonce les effets du réaménagement de l’A86 contre un quartier à deux vitesses, avec d’un côté « l’excellence environnementale » et de l’autre, l’augmentation des risques sanitaires pour les enfants de Pleyel.
Village olympique occupera 51 ha et comptera 17000 lits pour les athlètes. Projet de reconversion de 2220 logements, 880 logements étudiants et personnes âgées, 121 000 m2 de bureaux 3300 m2 de commerces, 2 hôtels …. Ce qui implique l’expulsion d’une zone d activité, d’un foyer de travailleurs ADEF et d’une résidence étudiante. Intervention de Boubakar, président du collectif foyer : 300 personnes ne savent pas aujourd’hui ce qu’elles vont devenir, elles doivent s’en aller en juillet 2020 mais ne savent pas ou. Grand désespoir et angoisse.  Autre question soulevée : la différence  du prix du foncier, plus cher à Saint-Ouen ?  Projet Universeine, une partie du village va être construite sur ce terrain. Quelles contreparties ?
Projet Echangeur A86 : les bretelles de la Porte de Paris vont être supprimées, cela impacte l’échangeur Pleyel. Projet contesté par les riverains qui ont proposé des variantes pour une meilleur circulation et pour limiter la pollution dans leur quartier et groupe scolaire Anatole France. Autour de la rue Genovesi quartier marqué par l’insalubrité et le manque d’infrastructures. Pas d’investissement prévu.
Piscine Olympique et ZAC Plaine Saulnier sur le terrain d’Engie; centre aquatique projet d’en faire un cluster sportif : concentration géographique d’organisations interconnectées incluant les entreprises offrant des produits et services différents liés au sport. Vente du foncier par la ville de Paris a MGP pour 1 euro pour le terrain du centre aquatique et pour 14.5 millions d’euros pour le terrain de la Plaine Saulnier !
Franchissement A1/Passerelle piétonnière pour allier au Stade de France; 200000 véhicules/jour. 73 jours de dépassement des normes européennes en 2016. Enfouissons l’A1.
Fin de la visite qui a duré 3 heures .

Conclusion : La notion d’héritage urbain, environnemental et économique est essentielle pour le comité de vigilance. Voici ses craintes :
– Environnementales : pollutions persistantes et mauvaise gestion des circulations.
– Budgétaires : si dépassement « colmatage » éventuel par les collectivités locales: recours aux financements privés.
– Démocratiques : absence de véritable concertation
– Sociales : pas assez de logement social adapté à la demande locale (80%  de demandeurs en PLAI sur Plaine Commune), hausse des prix accélérée, expulsions et relogements hors du quartier.
– Urbaines : densification, manque d’espaces verts publics.
– Sportives : sport scolaire et amateur oublié.

LA LUTTE CONTINUE

Conception Diez-Soto-Diez et Martine Rogeret.