Première nouveauté de cette rentrée scolaire 2019-2020 : l’explosion des frais d’inscription pour les étudiants étrangers. L’Université de Paris 8 et de très nombreux étudiants dionysiens sont fortement pénalisés. Ils peuvent, entre autre, remercier Alexandre Aidara, le candidat de la République en Marche aux élections municipales de 2020 sur notre ville, l’un des premiers technocrates a avoir proposé l’augmentation des frais d’inscription des étudiants dans un rapport de 2011 (think tank Terra Nova).

La seconde nouveauté n’aura pas lieu : le président Macron avait promis le dédoublement des classes de CE1 dans les écoles des quartiers défavorisés (REP et REP+) à savoir 1 enseignant pour 12 élèves. Mais, faute de recrutements suffisants, ce n’est pas le cas dans les classes de CE1 en REP. Le 93 est le seul département en France où cette mesure ne s’applique pas pleinement. Quant aux enfants porteurs d’un handicap, 11 000 d’entre eux, dont de nombreux dionysiens, ne peuvent pas faire leur rentrée faute de personnels qualifiés. Derrière les beaux mots du ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, une vraie politique : accroissement des inégalités éducatives, précarisation des statuts des personnels et moyens orientés vers les écoles privés et d’élites.

A Saint-Denis, la rentrée sous contrôle des parents, des enseignants et des élus a permis d’empêcher les cas d’absence d’enseignants dans les écoles. La situation était toutefois plus préoccupante dans les collèges avec plusieurs professeurs manquants. Raison de plus pour mettre l’année scolaire sous contrôle citoyen.

REVE-Insoumis