Vœu contre la réforme des retraites

Lors du débat budgétaire en début de séance, nous avons eu un échange intéressant concernant la datation du tournant austéritaire.

Cette question n’est pas sans rapport avec celle qui est abordée par le vœu que le groupe Rouge et Vert-Insoumis a souhaité voir figurer à l’ordre du jour de ce conseil municipal et que je m’apprête à vous présenter.

Aujourd’hui, un salarié français travaille en moyenne 45 jours par an, soit 9 semaines, uniquement pour payer les dividendes des actionnaires. En 1981 c’était 10 jours…

Ce fait en dit long sur l’enjeu et sur l’ampleur de l’offensive à l’œuvre. L’objectif en est la destruction d’un certain modèle social conquis au sortir de la guerre. L’objectif c’est d’en finir avec le projet porté par le Conseil National de la Résistance.

Si ce vœu relatif à la réforme des retraites est particulièrement important, c’est qu’il s’inscrit dans un phénomène d’une importance bien plus grande.

Depuis 1995, notre pays n’avait en effet pas connu un mouvement social d’une telle puissance.

Notre camp social a parfaitement décrypté l’ampleur de l’offensive qui le cible.

Cette contre-réforme systémique de notre système de retraites s’inscrit dans un plan plus vaste, parfaitement assumé et articulé avec détermination par le pouvoir en place. Souvenons-nous de la loi de « destruction » de la fonction publique, votée cet été et à laquelle nous avions manifesté notre opposition (par le vote d’un vœu présenté par Florence Haye en mai dernier), dans un contexte social malheureusement moins combatif qu’aujourd’hui.

Plusieurs éditocrates coutumiers de la production d’éléments de langage serviles (sinon d’arguments un peu solides) au service de la macronie, ont parlé à propos de cette contre-réforme de « mère des batailles ». Cette bataille ne fait que commencer et il s’agit pour nous d’y prendre place, y compris (pas seulement, loin s’en faut) depuis cette assemblée.

Avant de procéder à la lecture du vœu, exercice qui aurait pu s’intituler « Ici Saint-Denis, les bulots parlent aux bulots »

Oui, cela mérite une explication, tout le monde n’a pas le bonheur de connaître ces propos de Luc Ferry, philosophe risible et ex-ministre de triste mémoire, qui a eu la franchise de son mépris de classe en déclarant récemment : « il faut un QI de bulot pour ne pas comprendre qu’il faut augmenter la durée de cotisation ».

Bref, je reprends. 

Avant donc de procéder à la lecture du vœu, je voudrais exprimer une pensée particulière pour nos camarades Marion et Bernard, interpellés sans motifs bien sérieux, mardi matin sur le piquet de grève du dépôt RATP de Pleyel. Ils ont été gardés à vue 24h, tout ça pour un classement sans suite et un rappel à la loi.

24h c’est long pour tout le monde. Et un papa qui passe 24h au poste de police ce n’est pas rien. Alors je voudrais ajouter ceci à l’attention des enfants de Bernard : vous pouvez être, comme nous le sommes, fiers de votre papa.

Il fait partie de celles et ceux qui ont décidé de tenir tête, toutes celles et ceux qui ont manifesté par centaines de milliers, qui font grève par centaines de milliers (chapeau à celles et ceux qui sont en grève reconductible), celles et ceux qui tiennent les piquets et celles et ceux qui les soutiennent.

En somme, il fait partie de celles et ceux qui ont décidé de tenir tête à une injustice majeure et à un mensonge insultant.

Le président Macron a en effet osé affirmer : « Nous voulons un pacte entre les générations dans l’esprit du Conseil National de la Résistance ». Cela, alors même que tout son projet relève de l’exact contraire de celui du fondateur de la Sécurité Sociale et de la retraite par répartition, Ambroise Croizat qui déclarait : « la retraite ne doit plus être l’antichambre de la mort mais une nouvelle étape de la vie ».
Ambroise Croizat était surnommé « le ministre des travailleurs », vous, monsieur Macron, si vous restez dans l’histoire ce sera comme le président des riches. 

VOEU RELATIF AU PROJET DE REFORME DES RETRAITES

La lecture de ce vœu terminée, vous m’accorderez encore un instant.
Je disais en introduction que, votant ce vœu, il s’agissait pour nous de prendre part à la mobilisation en cours, y compris depuis cette assemblée.
Cela n’est pas sans importance.
Mais à ce vœu j’ajouterais un souhait, au nom du groupe Rouge et Vert-Insoumis.
Ce souhait, c’est que notre solidarité, en responsabilité, se manifeste aussi de façon concrète en signifiant aux salarié-es de la ville qui ont rejoint ou rejoindront cette « mère des batailles » que nous avons saisi le caractère exceptionnel de la situation et qu’en conséquence nous assumerons de ne pas pénaliser sur la fiche de paye celles et ceux qui s’engagent dans la grève.

Vincent Huet, Maire Adjoint
Conseil Municipal du 19 décembre 2019.