Asile politique hier, protection humanitaire aujourd’hui, les modalités de l’accueil ou du rejet des réfugiés sont toujours un choix politique des États. L’Etat ne procure aucun toit pour se protéger, continue à évacuer les campements de réfugiés, alors que la crise du Covid-19 devrait plutôt conduire à donner les moyens de se confiner.
Nous assistons à un formidable élan d’entraide et de solidarité, pour pallier l’urgence… sans l’Etat.
Le confinement est une menace pour les plus vulnérables d’entre nous, quand elle est utilisée comme prétexte pour attaquer ceux qui n’ont ni logement, ni papiers, ni droits pour les protéger. Et nos élans de solidarité se brisent quand les démunis sont davantage enfoncés dans leur misère, harcelés par des forces de l’ordre qui continuent à contrôler celles et ceux qui dorment sous un pont voire les verbaliser.
Devant cette hypocrisie, le groupe d’élu-es REVE-Insoumis demande que les élu-es locaux prennent des mesures, et spécifiquement à notre municipalité de répondre aux demandes des collectifs sur l’accès à l’eau, au gel et aux masques, la protection des mineur-es entre autre, la réquisition des chambres d’hôtel avec une priorité pour les personnes porteuses de handicap, les femmes et les mineur-es, réquisitions des locaux vides,